Pourquoi la réalité virtuelle nous aide à ressentir plus d’émotions
Le 27 juillet 2017 | 0 Commentaires

20 Minutes

Par Thierry Weber, 18 juillet 2017.

 

Pour casser le quatrième mur il y a plusieurs écoles. Woody Allen dans plusieurs de ses films, comme Annie Hall ou Whatever works ou encore le personnage Deadpool campé par Ryan Reynolds dans le film du même nom (Deadpool hein, pas Ryan Reynolds), s’adressent directement aux spectateurs, les yeux dans la lentille de la caméra. Mais avec la réalité virtuelle, ou VR pour les intimes, le 4ème mur est brisé d’une autre manière. En l’occurrence, c’est le spectateur, devenu «spectre-acteur» pour l’occasion, qui est propulsé au cœur de l’œuvre, et vit plus encore d’émotions.

L’expression est celle de Philippe Fuchs, professeur de réalité virtuelle aux Mines Paristech et auteur de Les casques de réalité virtuelle et de jeux vidéo. Le spectateur est un «spectre-acteur» parce qu’il peut «agir, sur le scénario par exemple, en se déplaçant lui-même, en manipulant, ou en ayant des interactions avec des personnages». La VR, cela fait des années qu’il travaille dessus. Il connait donc bien les émotions qu’elle procure. Pour lui, «si on veut créer des émotions, il ne faut plus seulement raconter une histoire mais la faire vivre».

Découvrez l’article dans son intégralité.

Laisser un commentaire

commodo vulputate, sit in suscipit risus